Bienvenue à Romane Durand, post-doctorante en biologie cellulaire au sein du SIRIC ILIAD !

 Dans Annonces, Bienvenue à nos nouveaux arrivants !, Programme 2 PISTER

Romane Durand

Après un master de biologie moléculaire et cellulaire à l’Université Pierre et Marie Curie, et un doctorat en complexité du vivant à l’Institut Curie, Romane Durand a rejoint le programme 2 du SIRIC ILIAD en février 2021 en qualité de post-doctorante.

Les travaux de Romane Durand au sein de l’équipe 10 du CRCINA, dirigée par Catherine Pellat, sont consacrés aux mécanismes de résistance aux traitements dans le myélome multiple, un cancer de la moelle osseuse.

Contexte :

Les rechutes dans le myélome multiple sont fréquentes, notamment à cause des cellules tumorales résistantes aux traitements. Cette résistance est généralement associée à la perte ou à la mutation d’un gène : celui codant pour la protéine p53, la rendant alors inactive.

La protéine p53 est un facteur de transcription (définition en bas de la page), qui régule notamment la mort cellulaire. Lorsqu’une cellule est endommagée, p53 provoque l’apoptose de la cellule (ou son autodestruction), l’empêchant ainsi de devenir cancéreuse. Le gène p53 est ce qu’on appelle un gène suppresseur de tumeur.

Thématique de recherche :

Les travaux de Romane comportent deux volets. Le premier consiste à comprendre pourquoi les cellules tumorales, en l’absence de p53, sont résistantes aux traitements classiques, et à trouver des solutions pour induire la mort des cellules résistantes. Des travaux précédents ont montré que des molécules, les BH3 mimétiques, sont capables d’outrepasser p53 pour induire l’apoptose de cellules du myélome. Leur action repose cependant sur des facteurs dont l’expression est régulée par p53. Les travaux de Romane consistent donc à déterminer si la présence ou non de p53 modifie l’efficacité des BH3 mimétiques à éliminer les cellules tumorales.

Le second volet des travaux de Romane est basé sur l’exploitation des faiblesses des cellules tumorales résistantes. Une étude précédente de l’équipe 10 du CRCINA, a montré que la perte de p53 permettait à certains virus d’infecter plus facilement ces cellules. L’idée de ses travaux est donc d’évaluer la possibilité d’utiliser des virus oncolytiques, qui détruisent spécifiquement les cellules cancéreuses, pour éliminer ces cellules résistantes.


Définitions :

Facteur de transcription : Protéine nécessaire à l’initiation ou à la régulation de la traduction d’un gène en protéine, appelée transcription.

Apoptose (ou mort cellulaire programmée) : Processus par lequel des cellules déclenchent leur autodestruction en réponse à un signal.

Aperçu de la thématique de recherche :

Derniers articles

Saisissez le terme recherché puis appuyez sur la touche Entrée